top of page

6 solutions pour améliorer l'attractivité des métiers de l'hôtellerie et de la restauration

Dernière mise à jour : il y a 1 jour

Il va être "enfin temps" de parler des avantages de la profession plutôt que de ses inconvénients, s'il ont veut donner le goût aux générations actuelles et futures de pratiquer l'art du plaisir de "faire plaisir", et enfin donner un "gros" bol d'air frais aux hôteliers et aux restaurateurs.


Solutions pour recruter du personnel en hôtellerie et en restauration

L'industrie de l'hôtellerie et de la restauration, comme d'autres d'ailleurs, vit et tente de survivre, au manque d'attractivité de la profession, et plus généralement, à une pénurie de candidats pour le "monde du travail".


Avant d'annoncer quelques-unes de nos solutions pour attirer et recruter du personnel, il nous semble important de comprendre et de résumer les typologies des générations d'hommes et de femmes qui se croisent dans ces métiers aujourd'hui, et qui peuvent éclairer les managers dans leurs conduites à tenir.


La Génération X (les 44/60 ans) : le travail a toujours été pour eux central, ils sont respectueux de la hiérarchie et loyaux en règle général.

La Génération Y (les 24/44 ans) : la majorité d'entre eux, né avec Internet, sont plus curieux et zappeurs. Ils n'ont pas le souhait de vivre longtemps avec une entreprise et n'ont pas peur des risques de changement d'environnement professionnel. Ils veulent aussi un meilleur équilibre entre leur vie personnelle et professionnelle.

La Génération Z (les 14/24 ans) : c'est la jeunesse d'aujourd'hui, impatiente, qui pense vite, qui ne veut surtout pas faire comme les autres, qui est très influencée par l'éthique des employeurs et qui vit sur et avec les réseaux.


Comment alors l'Hôtellerie et la Restauration peuvent-elles concilier et mixer toutes ces attentes et séduire et attirer des forces vives ?


1 - Adapter son organisation pour améliorer l'attractivité de l'hôtellerie et de la restauration

et rompre avec ses vieilles habitudes, que ce soit en terme d'organisation du temps de travail, ou dans ses pratiques professionnelles.


Nous voyons et entendons encore par exemple des organisations en cuisine ou en salle dans lesquelles tout le monde arrive et part en même temps. Le fameux "esprit de corps", celui qui cumule des heures supplémentaires ...

Nous voyons encore des organisations où l'on fait venir du personnel "au cas où !" et à qui l'on dit de rentrer chez soi peu de temps après parce qu'au final, il n'y a pas eu la fréquentation espérée.

Revoir son organisation, connaître et anticiper sa fréquentation, étudier sa rentabilité en fonction du nombre de couverts ou de chambres louées, proposer des amplitudes de travail journalières plus longues avec des jours de congés plus longs ...


2 - Proposer des contrats de travail avec des horaires adaptés

selon les attentes et les besoins individuels.

Ne plus craindre d'embaucher des personnes qui ne souhaitent pas ou ne peuvent pas travailler le week-end, accepter que leurs attentes évoluent, manager et former ses collaborateurs proches et/ou chefs de service au management intergénérationnel.

La recherche systématique et perpétuelle du CDI n'est plus en adéquation avec les attentes de la génération nouvelle.

L'ouverture à des contrats multiples à l'intérieur même d'un groupe de collaborateurs, doit désormais être acceptée et comprise, dans la mesure ou le travail est finalement rendu.


3 - Rémunérer honnêtement le travail du dimanche

ou le compenser.


Il faut être honnête, nombreux sont les métiers dans lesquels la rémunération est majorée selon si du personnel est présent le dimanche.

Dans un monde ou l'équilibre personnel et professionnel est de plus en plus privilégié, il serait cohérent que les métiers de l'hôtellerie et de la restauration s'adaptent, et restent compétitifs avec d'autres professions.

Cette disposition serait un avantage non négligeable pour de nombreux candidats et employés en poste.


4 - Revoir les titres des collaborateurs

et casser l'ordre quasi militaire des organisations pour plus de modernité.


Que veut dire aujourd'hui demi-chef ou chef de partie ? Commis de salle ou ½ chef de rang ? Chef de brigade ? Les postes de serveurs ou serveuses font-ils encore rêver ?

Autre exemple, depuis quand un hôtel réceptionne des clients ? Les acteurs des halls d'hôtel et de l'accueil des clients sont avant tout des bienfaiseurs d'hospitalité et de bonheur. Il ne faut donc plus s'étonner que l'on finisse par remplacer les réceptionnistes par des bornes informatiques dans certains types d'établissement.

Verra-t-on un jour des fonctions de "Cueilleur de bonheur", de "Créateur culinaires", des "Accueillants", des "Faiseurs de rêve", des "Alchimistes" ?

La révision des titres des employés sont unes des solutions à une meilleure dynamique et une visibilité positive du métier et d'une entreprise.


5 - Créer des fonctions à responsabilités engageantes

pour mieux s'adapter aux défis du monde de l'hospitalité et à la transformation des métiers tout en respectant les traditions et les codes de l'hôtellerie-restauration.


Puisque l'attractivité de ces métiers est fortement en danger, il faut créer le changement et ne plus le subir. Il est nécessaire de s'adapter et rester novateur.

L'arrivée du revenue management ou des réseaux sociaux a fait naître de nouvelles fonctions au sein des hôtels.

Pourquoi les métiers traditionnels de l'hôtellerie, de la cuisine, de la salle ne pourraient-ils pas eux aussi coller plus aux générations, en proposant des postes et des responsabilités en adéquation avec leurs attentes ou leurs passions personnelles ?


6 - Pratiquer un management coopératif, intergénérationnel motivant

et encourageant encore plus le plaisir de faire plaisir plutôt que la productivité, et laisser encore plus de place à la créativité individuelle et collective.


Les managers d'aujourd'hui ne sont plus ceux d'hier. Les jeunes et les nouveaux arrivants dans le monde du travail ne sont pas inaptes aux métiers de l'hôtellerie-restauration. Ils ont évolué et le management doit aussi évoluer.

Ils veulent tout autant "laisser une trace" que leurs prédécesseurs même s'ils ne restent pas aussi longtemps dans la même entreprise que leurs aïeux.

Ils veulent être compris de leurs intentions et de leurs visions du travail à condition d'être respectés et compris par leurs responsables et managers en premier.


 

Nos expériences du management et de l'hôtellerie-restauration sur le terrain pendant de nombreuses années, et nos accompagnements et missions dans le secteur de l'Hospitalité, nous amènent à confirmer que ces métiers sont et restent des métiers d'avenir, et que le management est en grande partie, la cause et la solution à la fois du problème.


Sébastien Renard

Vulpes Consulting



Lire d'autres post :


8 vues0 commentaire

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note
bottom of page